Marie Tétart, autrice de Valadonne, a lu Cité blanche et Cité rouge :)

204310151_823710025017455_2222983376163521423_n 

« Le moins que l’on puisse dire, c’est que ce fut une lecture « coup de poing » ! En six jours, j’ai avalé les quelques 800 pages des deux tomes comme j’aurais dévalé une pente ou chuté d’une falaise. Le souffle court (voire coupé !) et la peur au ventre. Pas pour moi, mais pour les personnages ! 😨
Ce roman qui mêle enquête et suspens, aventures et actions, réflexions engagées sur l’environnement, la société et la guerre, et sentimentalité est un cocktail fourbe qui risque de vous emmener très loin dans la nuit !
Les deux gros plus qui me resteront en tête : la sexualité de l’héroïne, qui sort des normes sociales ordinaires et s’assume (ça fait plaisir !) et une scène complètement folle d’explosion nucléaire… Une nuit blanche, je vous le dis ! 😍 « 
 

Un grand merci à elle pour ce retour de lecture ! Je vous conseille fortement son dernier roman de fantasy, Valadonne, disponible sur le site des libraires indépendants

Un nouvel avis sur Cité noire de miss N et J :

00A5E82D-4780-49FE-85D5-824F3CDE70A1

« Une merveille !

J’ai du mal à trouver mes mots, j’ai d’abord été un peu perdue entre le prologue et le premier chapitre, puis j’ai plongé dans l’histoire. Celle de Mathilde et Thomas, deux être différents et si proches pourtant. J’ai été subjuguée, entraînée dans l’histoire de ce premier tome, avec puissance, avidité désir et envie, besoin de connaître la suite.
Thomas Andlauer est mysterieux, pourtant c’est comme si j’étais liée à lui, comprenant sa façon de voir et gérer les événements.
Mathilde est fraîche, sous une certaine fragilité elle cache une force indéniable.
J’ai adorée et le conseille vivement !!! »

Un grand merci à la chroniqueuse ! Retrouvez l’avis de miss N&J sur son fil Insta ou sur son blog.

LES AUTRICES FRANCOPHONES EN IMAGINAIRE DE MA BIBLIOTHÈQUE

Fin 2020, je rédigeai un article pour le fanzine Fantastique ! rédigés par des passionnés des littératures de l’imaginaire et tous fidèles des Médiathèques de Brest. L’occasion pour moi de parler des autrices de langue française écrivant dans les genres du fantastique, de la fantaisie et de la science-fiction. Vous pouvez télécharger le fanzine en cliquant ici. Et vous découvrirez en bonus, la critique du premier roman de fantaisie de Sara Pintado.

Capture d’écran 2021-06-19 à 19.20.10Capture d’écran 2021-06-19 à 19.21.17Capture d’écran 2021-06-19 à 19.21.29Capture d’écran 2021-06-19 à 19.21.49Capture d’écran 2021-06-19 à 19.22.02Capture d’écran 2021-06-19 à 19.22.18Capture d’écran 2021-06-19 à 19.22.49Capture d’écran 2021-06-19 à 19.23.05Capture d’écran 2021-06-19 à 19.23.30Capture d’écran 2021-06-19 à 21.14.25

L’avis de Guillaume Volant de l’Association Science Fiction dans le Finistère

« [MA DERNIERE LECTURE]
Havensele Tome 2 Cité Blanche de Charlotte Bona.
Deuxième volet de la trilogie Havensele, le lecteur retrouve les héros du premier tome, là où Charlotte les avait laissé précédemment. Mathilde explore la vie à Havensele, Jonas s’interroge sur son récent statut de Potentiel, Thomas révèle son amour pour Mathilde et Alexian est de plus en plus ambigüe, jamais tout blanc ou tout noir.
L’intrigue se déroule en 2021 et dans un monde en proie aux dérives climatiques et aux guerres, plus que jamais la tâche de Cité, l’entité à l’origine d’Havensele, est laborieuse. Entre rivalité, trahison, faux-semblant, événement tragique, Mathilde est tiraillée. Son ami Jonas lui manque, son amour pour thomas est perturbé par Alexian, la matriarche de la communauté la terrorise et sa formation aux arts psychiques d’Havensele se complique à cause de son empathie naturelle.
La lecture de Cité Blanche est plus décomplexée que dans Cité Noire. Charlotte maîtrise son univers, elle est plus à son aise que lors du premier tome où elle prenait son temps pour structurer ses intrigues, ses personnages, ses enjeux. Les paragraphes médicaux sont plus atténués, nous n’avons plus cette impression d’être dans un épisode d’Urgence, d’un autre côté Charlotte parle bien de ce qu’elle connait bien, elle est dans une autre vie, une professionnelle de la santé.

Lire la suite

CONVENTION UNIVERSTAR IV

188238937_330601445462180_8923988182602274441_n

Une (enfin) excellente nouvelle : la Convention Universtar IV aura lieu cet été dans le Nord Finistère, le WE du 24 et 25 juillet et je suis invitée ! Alors retenez bien cet date, elle sera l’occasion de se retrouver après tous ces mois de disette ! Et ma collègue et amie, l’actrice Nadège Margaud sera également présente avec les deux premiers tomes de sa trilogie « Les Amants des Pierres Levées » ! Une raison supplémentaire pour nous rejoindre !

Journal d’un AssaSynth #5 : effet de réseau.

23006325-3339-480D-8C73-70E6B19E058A

Cinquième volet des aventures de ma SecUnit séditieuse préférée, la très bien nommée AssaSynth ♥️ Contrairement aux quatre premiers opus – des novellas – , le tome 5 a pris du volume pour mon plus grand plaisir. En effet, j’y ai retrouvé ÈVE le vaisseau spatial, un personnage secondaire du tome 2 pour lequel j’avais eu un gros coup de cœur. AssaSynth est toujours aussi grognon et addict aux soap operas, mais son côté sentimental s’accentue nettement quand iel se met en danger pour sauver “ses humains”. L’histoire fourmille d’actions, de péripéties et de belles surprises. Si vous avez aimé les quatre premiers tomes, celui-ci ne vous décevra pas, bien au contraire !

Revue Gandahar

Capture d’écran 2021-04-18 à 16.12.34

Une des grandes joies d’auteure réside dans le fait d’être lue. J’avais soumis en début d’année une nouvelle intitulée « I Care » à l’AT Métamorphoses, organisé par les éditions Gandahar. Une nouvelle écrite en 2016 et recorrigée en 2020 dont le thème porte sur la façon dont nous prendrons soin des malades dans un futur pas très éloigné. Je ne vous cache pas que ma joie fut intense lorsqu’un mail m’informa que ma nouvelle était acceptée pour le numéro 29 prévu cet été !

Cliquez ici si vous souhaitez plus de renseignements sur cette revue littéraire, fondée en 2014 par Jean-Pierre Fontana et dont le nom des deux membres d’honneur – Jean-Pierre Andrevon et Philippe Caza – semblera familier aux amateurs de SF et de bandes dessinées.

Extinction Party

Capture d’écran 2021-04-18 à 15.57.25

Je vous ai déjà dit tout le bien que je pensais des histoires de Claire Garand ( Si vous ne connaissez pas encore, je vous conseille son dernier recueil de nouvelles GONNI chez RroyzZ éditions. ).

Cette fois-ci, il s’agit d’une série littéraire que l’autrice a publiée chez Rocambole, l’application de lecture. Préparez-vous à ne pas lâcher votre écran avant d’avoir terminé le dernier épisode tant l’intrigue est menée tambour battant. Voici le pitch de cette série horrifico-fantastique : où se cacher et à qui faire confiance quand partout des cafards cannibales déferlent, affamés ? Dans ce monde dévoré vivant, Majorie n’a qu’un but : sauver son nouveau-né et son mari malade. Attention, cette histoire est clairement pour un public averti qui aime frissonner, car certaines sont délicieusement horribles…

Les Inconditionnelles

AEF5F10E-6832-4B8B-BDE4-B0DD77F62526

Dernière lecture coup de coeur : les Inconditionnelles de @marlenecharine dans la collection Noir de chez Calmann-Levy.
.
Le pitch : Trois mères, une flic et cette question : que mérite celui qui a brisé un enfant ?
.
Le sujet pourrait vous sembler dissuasif, car le roman aborde le thème de l’enlèvement d’enfants et des agressions sexuelles, mais cela serait dommage de passer à côté d’une telle lecture. 😍 Tout d’abord parce que l’intrigue – quoiqu’assez classique – reste terriblement efficace et vous enchaîne à l’histoire. Ensuite, comme dans les autres romans de l’autrice, le traitement et la caractérisation des personnages sont très réussis. Les Inconditionnelles est un roman éminemment féministe que je vous conseille fortement ♥️🖊📖

Une lecture coup de poing

F5B0765F-8B69-48CB-AFCD-E35D5D060804

Une lecture coup de poing dont je ne suis pas sortie indemne ! Betty de Tiffany McDaniel est l’histoire de Petite Indienne -Betty Carpenter- enfant au sang mêlé (Mère blanche et père Cherokee), beaucoup trop brune pour son bien dans l’Amérique raciste des années 50. Betty, c’est aussi l’histoire d’un père extraordinaire, une ode à la nature et une dissection quasiment à cœur ouvert des souffrances des membres de la famille – notamment de la mère et de la sœur aînée de Betty. C’est aussi une ode féministe, un vibrant plaidoyer pour le droit d’assumer son propre destin. Je ne mettrai pas des 💕 partout, ce livre m’a trop écorchée, mais il serait dommage de passer à côté d’une telle lecture !