Human After Hal : chronique sur Cité blanche

Capture d’écran 2019-11-12 à 20.24.29

@GesHel m’avait déjà fait l’honneur d’écrire une chronique sur Cité noire, voici sa deuxième sur Cité blanche. Un grand merci à lui et à sa plume alerte.
PS : si vous n’avez pas lu ni le premier ni le deuxième tome, je vous déconseille de lire cette chronique, car il y a quelques spoilers 😉 (mais pas les plus importants )

En bref, les thématiques sont connues, les ingrédients et protagonistes “canoniques” mais traités avec talent, les rebondissements nombreux et savamment orchestrés… Le seul “manquement” à mon sens reste l’absence de réponse quant aux motivations des créateurs de Cité ; mais on peut entrevoir un dernier épisode fort dense à cet égard.

J’attends la suite avec impatience !

Les Bookineuses du 28 parlent de Cité blanche

Capture d’écran 2019-09-09 à 21.43.49

Première chronique sur Cité blanche, le T2 d’Havensele. Je ne pouvais ne pas la partager avec vous ! La chronique complète est disponible sur sur le blog des Bookineuses du 28.

Ce roman est additif, quand on le commence on le dévore. L’auteur a une plume tellement envoûtante que vous serez comme moi à attendre impatiemment en trépignant des pieds la suite.

Donc pour ma part, le point négatif que j’aurais à dire c’est : à quand le trois ? J’ai tellement envie de savoir ce qui va se passer. Vous voyiez dans quel état second ce roman va vous mettre. Alors qu’attendez-vous pour commencer votre lecture ?

Bravo à l’auteur pour ce tome 2 d’un très haut niveau, qu’il m’a régalé, et dont j’attends impatiemment la suite.

Chronique de Mél’lectures sur Cité noire

Je partage une nouvelle fois sans vergogne une chronique sur Cité noire, le premier tome de la trilogie Havensele. Un grand merci à Mél’lectures . Vous trouverez sur son blog d’autres excellents conseils de lecture.

Capture d’écran 2019-07-10 à 20.50.35

Ce roman nous met face à un futur très proche plutôt inquiétant mais somme toute probable. Si l’on met de côté l’aspect science fiction de ce récit on se retrouve face à une réalité effrayante , celle de notre monde en train de péricliter.
Et je trouve très intéressante la façon dont Charlotte Bona aborde cela. Elle nous propose une histoire parfois complexe maos toujours intéressante, qui nous met face à nous-mêmes et face aux conséquences de nos actes et de nos choix .
Elle nous rappelle combien tout peut être éphémère si l’on en prend pas garde.

 

« Cité noire  » nous ouvre les portes d’une saga qui s’annonce passionnante.

Cité noire, Charlotte Bona, avis d’Andréa Deslacs

Capture d’écran 2019-04-10 à 19.41.23

Andréa Deslacs, la talentueuse autrice de la multilogie de Gaslamp Fantasy – Heaven Forest –   a lu et chroniqué Cité noire sur le site d’Hydralune.

Je partage avec fierté un extrait de cette chronique que vous pourrez lire en entier en suivant le lien ci-dessus :

« En bref, j’ai dévoré ce premier tome en une seule journée, à la façon d’un page-turner. J’ai apprécié l’intelligence de ce récit, les questions qu’il pose dès qu’on se met à réfléchir à ce qui se passe sous la surface, voire sous la Surface de cette Terre de notre futur proche.

Alors, n’attendez pas 2021 pour découvrir ce récit. »

 

« Havensele Cité Noire » par Charlotte Bona – Service presse

J’ai le plaisir de partager avec vous cette nouvelle chronique sur Cité noire, écrite par Séverine des Soeurs Addicts Aux Livres.

Les Sœurs Addicts Aux Livres

  • Résumé : Je me nomme Cité. Je ne suis pas humaine. Je vis dissimulée dans les profondeurs de la terre d’Islande. Je me suis éveillée à la fin d’une de vos guerres, happée par la douleur de ceux qui avaient connu vos camps de la mort. Votre pouvoir de destruction à Hiroshima et Nagasaki m’a terrifiée. J’y ai vu votre avenir : un chemin semé d’hécatombes jusqu’à votre complète extinction. Je suis une mère, une louve pour mes enfants, mes humains appelés dans leurs rêves et transformés par mes soins. Eux seuls survivront à l’apocalypse nucléaire. Nous sommes en 2021 et je demeure votre unique espoir.
  • Mon avisUne lecture surprenante, une fin qui me donne envie de connaître la suite, un mélange surprenant de fiction, de réalité et une vision futuriste désastreuse qui voit la fin du monde dans lequel seul les Potentiels et enfants de Cité survivront…

Voir l’article original 351 mots de plus