Cité rouge

AVIS D’ALINE MAURICE, AUTRICE DE FANTASY :

1AFF5B12-3F2F-441E-B31C-EC27460573C0

Côté lecture, j’ai récemment terminé la superbe trilogie Havensele de Charlotte Bona ♥️. On est clairement dans une lecture pour adultes et même adultes « assez avertis », car certaines scènes sont plutôt dures (il y a un peu de rose aussi ). Ceci étant dit, j’ai adoré cette lecture, très addictive par rapport à la plume vive et dynamique de Charlotte, ainsi que par rapport à l’intelligence du récit hyper bien documenté et l’évolution des personnages sur les trois tomes. J’ai littéralement dévoré la fin du tome 3, où toutes les pièces du puzzle d’Havensele trouvent leur place.  Bravo à l’écrivaine pour la qualité de ce travail qui s’est étalé sur de nombreuses années (pendant que moi, j’écrivais ma trilogie Forestelle, c’est d’ailleurs assez étonnant ces parcours en parallèle que nous avons, Charlotte et moi, des vraies soeurs d’écriture !). 🤗
N’hésitez pas à vous embarquer dans cette histoire incroyable aux côtés de Mathilde, Thomas et Alexian !

CHRONIQUE DE CARO MAGIK BOOKS :

Capture d’écran 2021-01-10 à 18.49.46

 

Un incroyable final pour cette superbe trilogie ! C’est avec beaucoup de regret que j’ai quitté Mathilde, Thomas, Alexian et les autres.
D’abord perçu comme une saga fantastique avec l’apparition dès les premières pages du tome 1 d’une entité mystérieuse, je me suis trouvée propulsée dans un futur proche dans lequel un journaliste, qui a mis le doigt sur quelque chose d’anormal, fait face à des êtres qui semblent humains et aux pouvoirs extraordinaires. La fin du monde semble proche et le tome 1 aborde les problèmes écologiques dûs aux exagérations humaines. Mais dès le début se pose la question de l’identité de la très mystérieuse entité nommée Cité.
Ce qui m’a énormément plu dans cette trilogie c’est que l’auteure sait savamment alternée moments d’actions, grandes questions sur le dérèglement écologique et le danger nucléaire et personnages très développés, aussi bien les premiers rôles que les personnages secondaires. Au fil des tomes les personnalités se développent, se renforcent et changent. Nous assistons à des passes d’armes entre divers pays, à une montée en puissance des rivalités territoriales, face à la peur du nucléaire et surtout à une guerre dans l’ombre entre les initiés et les services secrets américains. Parallèlement nous découvrons la vie au coeur d’Havensele, fondée par Cité, ainsi que l’apprentissage de Mathilde, novice au sein de ce monde caché au coeur de l’Islande.
Cette trilogie a été un coup de coeur, les différentes intrigues sont très bien menées sans nuire les unes aux autres mais au contraire elles apportent un surcroît de tension qui ne fait qu’augmenter au fil des tomes. Prenant et addictif, avec de superbes personnages, cette trilogie pose de nombreuses questions sur le devenir des humains et de notre planète.

LES MILLE ET UNE PAGE, BLOG QUEBECOIS

Capture d’écran 2020-11-04 à 08.45.44

Ce troisième tome tient bien la route dans ce qu’ont semé les tomes précédents, il nous transporte à Havensele, nous offre une intrigue bien menée, une aventure qui se conclut très bien avec un peu de noirceur, avec des moments complexes, des luttes évocatrices de la dualité entre le réel et le rêve. Une trilogie addictive que j’ai adoré lire, Charlotte Bona a bien réussi à garder sa cadence et nous offre une fin très surprenante qui m’a littéralement jeté par terre. Un excellent moment de lecture et d’aventure. 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE LA CHRONIQUE EN ENTIER

L’AVIS DE MEDIOTOPIA SUR CITÉ ROUGE : Capture d’écran 2020-04-15 à 18.19.47

Ce troisième tome tient toutes les promesses issues des deux premiers. Nos personnages, particulièrement Mathilde et Alexian sont de plus en plus incarnés. Les personnages secondaires introduits dans les tomes précédents gagnent en épaisseur. Le fil de la narration qui semblait dirigé de façon à peu près linéaire se complexifie de boucles et de nœuds, et le dénouement pourra surprendre plus d’un lecteur.

Conclusion de la trilogie, Cité Rouge est plus sombre que les deux premiers. Toujours aussi vivant et addictif, il est difficile de résister au désir de tourner la page pour connaitre la suite. Les descriptions des lieux sont si évocatrices parfois qu’on ne peut s’empêcher de rechercher des photographies pour les comparer aux visions que l’on imagine. Le rythme trépidant auquel s’enchaînent les événements est soutenu et heureusement que l’autrice nous ménage quelques respirations dans l’intimité de ses personnages.

Si vous avez aimé les deux premiers, vous ne serez pas déçus par celui-ci, et on attend avec impatience de voir quels chemins prendra l’autrice pour ses prochains romans.

Retrouvez la chronique complète sur le site de Médiotopia.

LA CRITIQUE DE BERNARD ROUX – L’AUTEUR DE LA MACHINE DE DIEU – SUR LE GALION DES ÉTOILES : CLIQUEZ ICI POUR ACCÉDER AU SITE

Capture d’écran 2020-10-30 à 18.26.12

Capture d’écran 2020-11-04 à 08.58.02