La fille automate de Paolo Bacigapuli

CVT_La-fille-automate_7909

Encore une trùs belle lecture en science-fiction 😍.
Cette fois-ci, je la dois Ă  un auteur amĂ©ricain multi-rĂ©compensĂ© au nom trĂšs italien de Paolo Bacigalupi. Son roman, la fille automate, est aussi bien classĂ© en anticipation qu’en bio punk voir climate fiction. Pour ceux que les classement laissent indiffĂ©rents, c’est surtout un roman de science-fiction noir, Ă  la plume nerveuse et prĂ©cise qui nous dĂ©crit un futur sombre oĂč les Ă©nergies fossiles se sont taries et oĂč les industries de l’ingĂ©nierie alimentaire dominent le monde. C’est manger des OGM ou mourir de faim. Sans oublier le rĂ©chauffement climatique, lahausse du niveau des ocĂ©ans et autres joyeusetĂ©s virales et bactĂ©riennes 😬.
On pourrait croire que L’HumanitĂ© est dĂ©cidĂ©e Ă  collaborer et Ă  se serrer les coudes pour survivre. Eh bien non ! (Je vous sens surpris. 😜) Les luttes de pouvoir sont toujours bien prĂ©sente. Elles prennent juste des formes diffĂ©rentes.
Ce livre est un petit bijou de noirceur. D’emblĂ©e, le lecteur se retrouve plongĂ© dans l’enfer moite et suffoquant de Bangkok oĂč on suit les traces de l’hĂ©roĂŻne, la fille automate, une IA belle et sensuelle, crĂ©Ă©e pour le plaisir de riches Japonais et reconvertie dans le spectacle pornographique pour Ă©viter la destruction. Sa route croisera celle de Anderson Lake qui travaille sous une fausse couverture d’industriel pour un gĂ©ant agro-alimentaire amĂ©ricain qui ferait passer les mĂ©thodes de Monsanto pour de la douce philanthropie. C’est Ăąpre, dur, poisseux, mais intense ! Un livre que je recommande fortement aux amateurs du genre.